Rechercher

Rien ne nous trompe autant que notre jugement !

Mis à jour : juin 1


"Rien ne nous trompe autant que notre jugement" disait Léonard de Vinci.


Lors de nos processus de prise de décision, nous essayons souvent de faire appel à notre logique et à notre raison, car poser les problèmes de manière réfléchie permet d’objectiver nos pensées.


Mais notre système de pensée rationnel est-il sans faille ? Notre cerveau nous joue-t-il parfois des tours ?

Que se passe-t-il quand notre cerveau est confronté à un flux d’informations trop important, lorsque les informations que nous recevons ne font pas sens pour nous, quand nous devons nous décider rapidement, ou encore lorsque notre mémoire est mise à l’épreuve ?


Eh bien il en découle des mécanismes de pensées qui conduisent à une altération du jugement. Ces mécanismes sont communément appelés biais cognitifs. Introduits par les psychologues Daniel Kahneman et Amos Tversky en 1970, les biais cognitifs sont des schémas de pensée trompeurs et faussement logiques qui vont influencer nos choix de manière inconsciente.




Plus de 200 biais cognitifs ont été référencés aujourd’hui, tels que :


Le biais de confirmation : fait référence à la tendance qu’on a de chercher et sélectionner seulement les informations qui confirment nos croyances ou idées et ignorer, ne pas chercher ou sous-estimer ce qui les contredit


Comment le limiter ?

Seth Godin propose de prendre régulièrement un sujet sur lequel on est sûr d’avoir raison, et d’expliquer à l’oral à quelqu’un pourquoi on a tort, en argumentant de manière détaillée, afin de permettre à son esprit de regarder le monde d’un œil nouveau.



Le biais de conformité : consiste à reproduire le comportement des autres, à adopter les mêmes codes, les mêmes valeurs mais aussi à prendre les mêmes décisions pour se conformer.


Comment le limiter ?

Comme le disait Mark Twain « “A chaque fois que vous vous trouvez du côté de la majorité, c’est le moment de prendre une pause et de réfléchir.”



Les biais cognitifs font partie intégrante de nos processus de décision, et s’il est impossible de s’en défaire complètement, le fait d’en prendre conscience est un premier pas vers une limitation de la dérive de nos pensées rationnelles.



Et vous, sur quels biais cognitifs devez-vous travailler ?


Pour en savoir plus sur les biais cognitifs, en voici une liste classée et détaillée de manière interactive : https://inertian.wixsite.com/codexbiais/hg

172 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout